• Le tir instinctif

    Le tir à l'arc instinctif

      

    "Atteindre ou non la cible est sans importance.

    L'objectif est l'action pure dépourvue des intentions de l'ego."

    (Kanjuro Shibata XX)

     

      

    1. Qu’est-ce que le tir instinctif ?

    Comparé au tir à l’arc « olympique », dans lequel l’archer possède, comme pour le tir avec des armes à feu, des points de repères qui lui permettent d’effectuer une visée en alignant plusieurs points, le tir à l’arc instinctif se singularise par le fait que le tireur ne voit que la cible. La visée, pour autant que l’on puisse la désigner ainsi tant elle est difficile à cerner, n’est que le fruit de notre cerveau qui coordonne en un infime instant les informations visuelles perçues (le point cible et sa distance approximative), les gestes des deux mains (main d’arc et main de corde) et la position du corps. Le tir instinctif cristallise en quelque sorte l’instinct d’action, un état de pleine conscience, la faculté de se trouver en parfaite harmonie avec soi-même « ici et maintenant » et accomplir le geste juste suite à l’intégration de tous les paramètres.

     

    "L'arc et la flèche sont une arme de l'esprit"

    (John Stevens)

     

    Le tir à l'arc instinctif  

    Le paroxysme du tir instinctif se rencontre à la chasse à l’arc instinctif. Un tir bien exécuté est synonyme de mort du gibier. Un coup, une vie ! C’est un tir spontané qui résulte d’une parfaite appréciation de tous les paramètres liés au tir et d’une grande maîtrise de tous les paramètres émotionnels.

     

     

    Dans le kyudo (la Voie de l'arc japonais), l'archer doit mettre toute son âme dans sa flèche, comme si c'était sa dernière. La flèche doit tuer l'adversaire, sinon il vous tuera. Et l'adversaire, c'est soi! Dans l'étape ultime du kyudo, la cible devient le miroir exact de soi. L'esprit accompagne la flèche, il est la flèche.

      

    Le kyudo

      

    Le tir à l’arc instinctif de loisir propose déjà à celui qui le pratique des sensations similaires, la mort de l’animal en moins ! Et c’est très bien ainsi !

    Pour faciliter la tâche à notre cerveau dans sa démarche instinctive, l’idéal à atteindre est de minimiser au maximum les variations de tous les paramètres du tir à la fois. La maîtrise de la technique du mouvement et de la position du corps ont donc une importance capitale. Pouvoir effectuer plusieurs fois de suite le même mouvement permettra à notre cerveau d’effectuer un minimum de corrections et rendra le tir plus efficace.

    Parallèlement à cela, la maîtrise du mental doit aussi être une composante essentielle de l'apprentissage. Chercher la voie de l'épanouissement intérieur, trouver la paix et la maîtrise de soi permettra de progresser dans l'art du tir à l'arc instinctif.

    Videz votre esprit, et tout deviendra facile.

     

     

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, texte, plein air et nature

     

     

      

    " A esprit libre, univers libre"

    (Taisen Deshimaru, 1977)

      

    Malgré cela, le tir à l'arc instinctif se base essentiellement sur l'expérience acquise à chaque flèche. La coordination oeil-main-cerveau s'affute au fil du temps et seule la répétition des séances de tir permet de progresser dans cet art.

    Tel est le but de l’entraînement !

     

    "Les progrès viennent à ceux qui s'entraînent encore et encore,

    vous reposer sur des techniques secrètes ne vous conduira nulle part."

    (Morihei Ueshiba)

     

    Quand on débute la pratique du tir à l'arc, le chemin est étroit, facile à suivre, jalonné par l'apprentissage des gestes de la technique. On avance pas à pas, simplement droit devant nous.

     

    Le tir instinctif

    Par la suite, tous ces gestes deviennent inconscients et naturels, la technique de tir est fluide et efficace. On touche plus fréquemment le centre de la cible. Le chemin devient alors beaucoup plus large, les repères manquent, car on ne sait plus vraiment où aller ni dans quelle direction regarder. Il est alors important de rester centré et de s'efforcer de trouver le chemin en soi. La solution ne viendra que de la découverte personnelle, l'expérience faite par chacun d'entre-nous. La solution viendra surtout à vous en apprenant des erreurs commises. Si vous n'y arrivez pas, recommencez ! Soyez vigilant, positif et persévérant dans votre effort.

     

    "Le succès c'est se promener d'échec en échec

    tout en restant motivé"

    (Winston Churchill)

     

    Expérimentez donc et soyez attentif, présent ici et maintenant lors de votre pratique. La solution est là, devant vos yeux, en vous. C'est à vous et vous seul qu'il appartient de la trouver. 

     

    Alors au travail et bonnes flèches !

      

     

     

     

    ( Page tirée de mon blog "Une flèche, une vie".)